12/07/2018
jacqh

Châteauroux. Patrouilles de nuit : nouvel appel à la grève à la police municipale

Les policiers municipaux sont appelés à une grève reconductible contre les conditions de mise en place des patrouilles de nuit.

Source la nouvelle République

Comme promis, la CFDT appelle à nouveau les policiers municipaux à la grève ce week-end. Mais le maire, Gil Avérous, reste inflexible.

Malgré l’appel à la grève, les patrouilles de nuit ont bien débuté, le week-end dernier, en centre-ville de Châteauroux. Deux agents et le nouveau directeur de la police municipale ont assuré cette nouvelle mission confiée par Gil Avérous, de 22 h à 7 h, vendredi et samedi. « Ils ont vérifié que les horaires de fin des concerts et de fermeture des bars de nuit étaient respectés. Ils ont aussi effectué des contrôles de bruit chez certains habitants qui s’en plaignaient, se félicite Gil Avérous. Tout s’est très bien passé. »
Pourtant, la CFDT avait lancé un appel à la grève. « Sur vingt-trois agents, vingt étaient grévistes, a comptabilisé Martine Trigaud, responsable du syndicat à Châteauroux Métropole. Et le week-end prochain, je peux vous dire qu’ils le seront tous, tout comme les six agents du centre de supervision urbaine. » Un nouveau préavis a été déposé hier et selon la CFDT, il ne devrait donc pas y avoir de patrouilles.
Gil Avérous : “ Je ne céderai rien ” Le syndicat dénonce un manque de moyens. « Les brigades de nuit doivent être armées car ce n’est pas avec une bombe lacrymogène qu’on fait reculer des gens avinés ou drogués, estime Martine Trigaud. Il faut, comme a promis le maire, des Flash-Ball© et des pistolets à impulsion électrique. Pour cela, ils doivent être formés, ce qui n’est pas encore le cas. » Autre revendication : « Une reconnaissance financière à la hauteur de la mission, soit 200 € par mois et pour tout le monde, quel que soit le nombre de nuits travaillées ». La CGT soutient ce mouvement : « Nous sommes contre la mise en place de cette brigade de nuit, ajoute même Aurore Fleuret, secrétaire CGT à Châteauroux Métropole. Qui plus est dans la précipitation, comme beaucoup de choses ici. »
Un discours qui fait bondir Gil Avérous : « Évidemment que les agents ont besoin d’une formation et ils l’auront, auprès du Centre national de la fonction publique territoriale, vraisemblablement à l’automne, car il y a beaucoup de demandes. Mais je vous rappelle qu’il n’y a aucune obligation à les armer et qu’ils ont déjà des bombes lacrymogènes et des tonfas – sorte de matraque. Le vrai prétexte, c’est qu’ils veulent une augmentation de leur rémunération. On leur propose déjà entre 80 € et 200 € en fonction du nombre de nuits travaillées, de deux à huit par mois. C’est déjà beaucoup. Il faut leur rappeler qu’en tant que fonctionnaires, ils ont aussi des devoirs envers la collectivité. S’ils ne veulent pas, ils peuvent partir. Je ne céderai rien ». La CFDT prend acte du statu quo mais confirme que la grève est reconductible. « Le syndicat prendra en charge une partie des retenues sur salaire », promet Martine Trigaud. Le bras de fer semble engagé.

bertrand.slezak@nrco.fr

Actualités complémentaires