12/03/2020
vbeudet

INTERVENTION EN SEANCE PLENIERE DU CSFPT LE 26 FEVRIER 2020

Reconnaissance de l’engagement professionnel des policiers municipaux séance Plénière Conseil Supérieur de la Fonction Publique Territoriale CSFPT 26 février 2020

Le décret présenté place enfin les policiers municipaux tués au cours d’une opération de police ou décédés en service dans un cadre identique aux policiers nationaux. Il crée des dispositions en cas d’actes de bravoure ou de blessures graves. A cette occasion, Serge Haure secrétaire fédéral chargé de mission police municipale à la fédération Interco CFDT, a donc interpellé le président ainsi que le collège des employeurs sur les conditions de travail dégradées des policiers municipaux.Capture écran TF1

Monsieur le président, mesdames messieurs, chers collègues,

Outrages quotidiens, agressions violentes, hostilité croissante de l’autorité, absence de reconnaissance des politiques, défiance d’une partie de la population, impact des horaires atypiques sur la santé et la vie de famille, pénibilité, souffrance au travail induite par la pression des politiques et des objectifs chiffrés ! Voilà le quotidien des policiers municipaux…

 

On les présente souvent comme les « hommes de main » du pouvoir politique local ! Cette réalité à leur encontre les abîment, car ces agents servent uniquement le service public et les citoyens.

Aujourd’hui, ces femmes et ces hommes témoignent d’une réalité de plus en plus difficile à vivre… le climat social se dégrade et ils sont en première ligne… Certains vont se retrouver blessés, voire mortellement blessés durant leur service.

Les préconisations du livre blanc sur la sécurité intérieure permettront-elles de ne pas oublier les policiers municipaux dans le futur projet de loi ?

La question est cruciale car la situation et la reconnaissance de ces agents font l’objet d’un immobilisme qui perdure depuis des années !

 

Il est urgent de rendre cette profession plus attractive : conditions de travail, statut, déroulement de carrières, rémunérations et de reconnaître la pénibilité de leurs missions à sa juste valeur.

 

Le décret présenté ce jour en séance plénière, relatif à la reconnaissance de l’engagement professionnel des policiers municipaux, prend en considération pour la CFDT la dangerosité de ce métier, c’est pourquoi elle se prononcera favorablement à ce texte, même si elle vous propose 3 amendements.

 

Monsieur le Président, compte tenu de la spécificité du métier, il nous semble toutefois important de profiter du passage de ce décret pour réitérer notre demande d’avoir une véritable réflexion sur le suicide au travail et son imputabilité au service.

 

En effet, les suicides dans la police ont atteint un niveau hors-normes en 2019.

 

Pour mémoire monsieur le président, nous vous avions déjà interpellé à ce sujet lors de l’étude des indicateurs et du bilan social, constatant la pauvreté des données et d’analyse sur ce sujet dans la FPT.

 

Il n’existe aucun dispositif de recensement spécifique pour la Police Municipale. Ces actes se produisent de plus rarement sur le lieu de travail et l’imputabilité au service reste rare. 10 agents identifiés sont passés à l’acte en 2019. Or, au-delà des vulnérabilités personnelles, les policiers municipaux sont confrontés à une violence croissante cumulée à des surcharges de travail importantes et à la non-reconnaissance de leurs misions. Nous estimons que ce sujet n’est pas pris en charge correctement comme pour beaucoup d’autres professions.

 

En ne publiant et en ne s’intéressant pas à ces chiffres, qu’ils soient imputables ou non au service, on rend ce sujet invisible et cette invisibilité est insupportable.

Nous vous remercions de votre attention