9/05/2018
chaloinp

Paris : quand des agents verbalisateurs se battent contre une esthéticienne et des policiers

Scène surréaliste ce samedi dans le XVIIe arrondissement avec une bagarre impliquant trois agents de la société Moovia en charge de la verbalisation dans la capitale :

Bagarre générale et scène surréaliste samedi après-midi dans la rue du chic quartier Pereire du XVIIe arrondissement.
Des agents verbalisateurs, ceux qui délivrent les fameux FPS (forfait poste stationnement depuis le 1er janvier dans la capitale), ont cherché à en découdre avec des policiers et une commerçante. L’un des agents a frappé un des fonctionnaires de police. Auparavant une de ses collègues femme s’en était prise à une esthéticienne et à son frère.

Ce dimanche trois des agents verbalisateurs de la société Moovia opérant pour la mairie de Paris étaient toujours en garde à vue au commissariat du XVIIe arrondissement.
Tout a commencé au bas d’un commerce de beauté de la rue Pierre-Demours (XVIIe). Une esthéticienne s’accroche avec une femme agent Moovia en train de dresser un PV sur sa voiture face à son salon. « Le ton monte », raconte la victime. L’agent Moovia aurait alors repoussé l’esthéticienne « au moyen de la visière de sa casquette » ! Le frère de l’esthéticienne serait alors intervenu et se serait pris un coup de poing dans la figure par un collègue Moovia.

Les policiers, appelés, ont embarqué le frère pour retrouver tout ce petit monde de chez Moovia dans le quartier. Quelques centaines de mètres plus loin, rue Alphonse Neuville, ils sont tombés nez à nez avec les agents, identifiés par le frère. Les contrôles d’identité ont dégénéré. L’interpellation de l’auteur du coup de poing et son menottage, au sol, ont été musclés. Un policier a reçu un coup de poing. D’autres agents Moovia opérant dans le quartier ont convergé vers la scène montrant « le souhait d’en découdre avec les effectifs ». Les policiers ont dû appeler du renfort et utiliser le gaz lacrymogène. Des passants hostiles, dont un avec deux chiens, s’en sont également mêlés.
Au final, trois agents Moovia ont été embarqués au commissariat et placés en garde à vue. Le frère de l’esthéticienne et deux policiers ont porté plainte contre les agents.
Cette nouvelle affaire intervient après la série de couacs qui ont mis à mal le second déléguataire de service public, Streeteo. Cette entreprise avait employé des agents non assermentés, certains n’avaient pas le permis de conduire ou avaient été contrôlés positif au cannabis. Point d’orgue : un de ses cadres effectué quelque 5 000 faux contrôles pour respecter les quotas imposés de vérifications du stationnement. Une plainte a été déposée par Streeteo et la Ville.

Source : Le Parisien (Céline Carez)